ÉTUDES EN COURS

Immunotoxines et photodynamie : élimination sélective

Utilisation d’anticorps pour éliminer des cellules cancéreuses de greffons de cellules souches
Les immunotoxines sont utilisées pour focaliser l’effet toxique de la chimiothérapie sur les cellules tumorales. Nos chercheurs ont généré des anticorps reconnaissant des marqueurs trouvés en grand nombre à la surface de certaines cellules cancéreuses. Ceci amène l’agent toxique directement en contact avec la tumeur et évite la toxicité systémique de la chimiothérapie. Les cancers présentement visés dans ce projet sont la leucémie myéloïde aiguë, les lymphomes non hodgkiniens et la leucémie lymphoïde aiguë.

Utilisation la thérapie photodynamique pour éliminer des cellules cancéreuses de greffons de cellules souches
Plusieurs types de cancers du sang peuvent être traités par chimiothérapie ou radiothérapie. Ces traitements sont très dommageables pour les cellules souches hématopoïétiques (CSH), responsables de la production de nouvelles cellules sanguines et immunitaires. Une aspiration de moelle osseuse est effectuée avant le traitement pour récupérer les CSH des patients et les protéger du contact avec des agents toxiques. Malheureusement, il est possible que certaines cellules cancéreuses soient également aspirées, et soient responsables de rechutes une fois réinjectées au patient. Des études cliniques utilisent actuellement la thérapie photodynamique Theralux™ en association avec le TH9402, un agent cytotoxique pouvant éliminer les cellules cancéreuses, pour purger les cellules malignes des greffons tout en maintenant la capacité des cellules hématopoïétiques de s’implanter chez le patient.

Traitement de la maladie du greffon contre l’hôte
Lors d’une greffe avec un donneur qui n’est que partiellement compatible avec le patient, les cellules transplantées peuvent reconnaître divers organes du patient comme des substances étrangères. Cette réaction appelée « maladie du greffon contre l’hôte » ou GVH, s’attaque aux organes comme le foie, l’intestin, la peau, les yeux et les poumons et peut même entraîner le décès. Nous avons développé des stratégies pour éviter le développement de cette maladie du greffon contre l’hôte en éliminant les cellules T du donneur qui reconnaissent les cellules du patient. La thérapie photodynamique Theralux™ est utilisée pour manufacturer les produits cellulaires. Les premiers résultats encourageants sont à la base d’un nouveau projet clinique de phase II qui inclura un plus grand nombre de patients.

Médecine régénératrice

Enrichissement et expansion de cellules souches pour le traitement de l’insuffisance cardiaque
Enrichissement, différentiation et expansion de cellules pro-angiogéniques pour des patients ayant un infarctus du myocarde
Les maladies du coeur, qu’il s’agisse d’infarctus ou de défaillance chronique du muscle cardiaque, sont l’un des plus grands fardeaux des systèmes de santé occidentaux. Beaucoup de projets visent à régénérer directement le muscle cardiaque par thérapie cellulaire ou à favoriser l’expansion de tissus de soutien et de vaisseaux sanguins. Il s’agit de prélever des cellules souches obtenues de la moelle osseuse du patient pour les injecter dans les vaisseaux qui irriguent leur cœur. Le but de l’intervention est d’améliorer la guérison et la régénération du muscle cardiaque endommagé.

Utilisation de cellules mésenchymales pour la réparation du cartilage et autres thérapies cellulaires
Les cellules souches mésenchymales (MSC en anglais) sont parmi les populations cellulaires les plus versatiles utilisées en médecine régénératrice. Nos équipes de recherches tentent de les utiliser à leur plein potentiel pour traiter des maladies dégénératives ou des traumatismes d’organes comme le cœur ou les yeux. Les MSC pourraient aussi jouer un grand rôle dans la réparation du cartilage. Les lésions cartilagineuses sont difficiles à traiter, car le cartilage présente une faible capacité de régénération et les techniques chirurgicales existantes sont imparfaites, soit peu efficaces, soit extrêmement coûteuses et difficiles à réaliser. L’utilisation de MSC injectées dans les articulations de tous les patients souffrant d’un déficit cartilagineux serait une alternative favorable.

Cellules T et immunothérapie

Production et expansion de cellules T sélectionnées antivirales ou antitumorales
Les organismes des patients immunodéficients ne peuvent pas réagir contre les virus et les cellules cancéreuses. La possibilité d’éduquer les cellules T d’un patient pour qu’elles puissent reconnaître et éliminer une menace est donc particulièrement intéressante. Plusieurs projets étudient des particules virales ou des peptides couramment exprimés à la surface de certaines cellules cancéreuses. En exposant, en présence de signaux inflammatoires, ces particules à des cellules T en culture, il est possible de vérifier si celles-ci sont à même d’initier une réponse immunitaire fonctionnelle. L’objectif est de faire croître les cellules réactives et de les infuser aux patients immunodéprimés suite à une greffe ou à un lymphome et souffrant de rechutes et d’infections opportunistes.

Transfert adoptif de cellules alloréactives pour le traitement de leucémies myéloïdes aiguës à mauvais pronostic
Ce projet est élaboré pour aider les patients ne répondant pas à au moins deux traitements contre les leucémies myéloïdes aiguës en accroissant temporairement leurs systèmes immunitaires. Cela est fait par l’injection de lymphocytes provenant d’un donneur sain (DLI - donor lymphocyte infusion), dont certains vont rapidement reconnaître et attaquer les cellules cancéreuses du patient. Cette procédure a l’avantage de comporter peu de risques de complications, car ces cellules ne survivent dans le corps du patient que pour un temps limité.

Prévention de la maladie du greffon contre l’hôte – Produit ATIR
Le Dr Denis Claude Roy et le Centre d’excellence en thérapie cellulaire ont été essentiels dans le développement de l’étude ATIR™ de Kiadis Pharma. Il s’agissait de mettre au point une nouvelle thérapie immunothérapeutique pour les 40 % de patients qui ont un cancer du sang et ne peuvent trouver un donneur de cellules souches hématopoïétiques (CSH) compatible. ATIR™ permet la transplantation de CSH en utilisant des membres de la famille partiellement compatibles comme donneurs. Le greffon prélevé sur le donneur est appauvri en cellules T réactives contre le patient, tout en n’ayant aucun impact sur les cellules T résiduelles. Ces dernières vont protéger le patient contre les infections opportunistes et accélérer sa reconstitution immunitaire tout en éliminant le risque de maladie du greffon contre l’hôte.

Expansion de cellules souches hématopoïétiques

Expansion de cellules souches de sang de cordon ombilical grâce à la molécule UM1
Expansion de cellules souches hématopoïétiques grâce à la molécule TAT-HoxB4
Souvent, il n’y a pas assez de cellules souches hématopoïétiques dans un greffon compatible pour restaurer les fonctions de la moelle osseuse chez un patient. Plusieurs techniques pourraient un jour permettre l’expansion de ces cellules en laboratoire sans qu’elles perdent leurs propriétés.Cette capacité à augmenter la production de cellules souches devrait avoir un impact important pour un grand nombre de greffes puisqu’un nombre augmenté de cellules souches devrait accélérer la prise de greffe et donc contribuer à raccourcir la période de susceptibilité aux infections et les besoins transfusionnels. Ces cellules souches devraient aussi pouvoir être utilisées pour de nombreuses autres indications, en cardiologie par exemple. Ces projets visent à développer des méthodes d’amplification ex vivo des cellules souches hématopoïétiques (CSH) en utilisant les propriétés de protéines telles que TAT-HoxB4 ou la révolutionnaire UM171.